13/09/2013

Dans la nuit noire...

photo.JPGDans la pénombre de leur sommeil profond, je me glisse chaque soir. Je l'ai toujours fait. Quand il était le seul. Depuis qu'ils sont deux.

Je les retrouve alors emmélés de leurs mouvement incontrolés, bouillants de sommeil, beaux comme des anges.

Elle a cette façon de glisser ses mains sous son visage pour mieux y reposer sa mine douce et caline.

Il a cette bouche magnifique, un peu appuyée, comme une petite moue qui se creuse naturellement au rythme de sa respiration lente et tranquille.

Alors je les regarde, profitant de chaque seconde durant lesquelles je les aime encore, et encore plus, et parfois trop pour rester plus longtemps.

Elle ne me remarque jamais, dormant trop fort pour ressentir mon envie mordante de la prendre dans mes bras, de lui manger les joues de bisous d'amour fou.

Lui, parfois, ouvre un oeil, sourit, ouvre le deuxième, et me tend les bras. Et il me sert. Si fort. Et il me dit toujours merci. Comme si il sentait cette énergie si particulière qui envoute ce moment insolite.

Je n'ai pas besoin de plonger tous les soirs dans l'intimité de leur sommeil. Non ce n'est pas un besoin. C'est quelque chose d'instinctif, d'essentiel. Je ne réfléchis pas en montant l'escalier, je ne me guide pas jusqu'à  eux. C'est juste ainsi.

Après ça je m'endors apaisée, pleine d'amour et de jolies pensées, pourvu qu'un jour ils ne s'enferment pas à clé...

Alice

Rendez-vous sur Hellocoton !

26/07/2013

Les enfants des autres

 

Dans nos cercles de connaissance, dans notre famille, dans notre réseau d'ami, même si nous n'avons pas été les premiers, nous avons des enfants relativement tôt.

Mais nous ne sommes pas les seuls.

Comme nous continuons à avoir une vie sociale, nous sortons, nous dînons chez des amis, nous sommes invités à des évènements familiaux...

On ne dit jamais non à rien.

On a même testé les vacances ou les week-ends entre amis.

C'est un plaisir de voir les enfants des autres.

Sur le papier c'est un plaisir.

Car en réalité, ça peut être parfois plus compliqué... (d'ailleurs j'imagine bien que mon fils en a rebuté plus d'un dans notre entourage...)

Rester amis quand on a des enfants, ou savoir aborder le sujet des enfants, même avec des personnes très proches, peut relever parfois de la stratégie politique...

Moi, je prends le parti d'être assez tolérante, même si parfois je n'en pense pas moins. Mais tout ce qui ne concerne pas mes enfants ne me concerne pas. Alors certes, si je reçois des enfants chez moi j'essaye de les inviter gentiment à respecter certaines règles essentielles, mais toujours dans l'objectif que tout se déroule bien. Evidemment je sais que si on invite des enfants à la maison, on prend le risque de perturber ce qu'on avait prévu, de retrouver des centaines de grains de semoule par terre et de ne pas vraiment reposer mes oreilles...

Mais ça ne me dérange pas.

Quand tout est bien huilé, les choses roulent et l'ambiance est préservée.

Mais quand un maillon déraille, ça peut virer en catastrophe... Je n'en ai pas encore fait les expériences... les amis qui ont des enfants sont toujours nos amis.

Mais je l'ai déjà observé chez d'autres et j'avoue que je trouve ça dommage...

Je ne saurais pas donné de leçon sur la manière dont il faut se comporter et/ou gérer les choses... Mais peut-être que si parfois on priorisait les choses et que l'on se posait la question de pourquoi on souhaite rester proche de certaines personnes, on tournerait la langue avant de parler, et que l'essentiel serait préservé...

Vaste sujet...

Alice

Rendez-vous sur Hellocoton !

20/07/2013

Il a 5 ans ...

photo-410.JPG

Il a 5 ans.

D'une certaine manière j'ai 5 ans aussi.

Une partie de moi est née le 20 juillet 2008, par une journée identique à celle d'aujourd'hui, une belle journée d'été.

Un brunch auquel je ne suis pas arrivée à l'heure, par arrivée du tout d'ailleurs.

Un grand saut vers l'inconnu, au delà de mes angoisses, à la rencontre d'un grand bonheur.

Le bonheur d'être maman. La réalité de ne pas y arriver tous les jours (surtout avec ce bonhomme là...). Mais surtout la certitude d'aimer à l'infini.

Il nous reste des années pour mieux faire, pour aimer toujours plus et toujours mieux.

5 ans ça me semble énorme et si petit à la fois. Il a déjà 5 ans ... seulement 5 ans ...

Il a 5 ans.

Rendez-vous sur Hellocoton !

19/07/2013

Peur des feux d'artifice

L'été est une période riche en feux d'artifice.

Moi, j'adore les regarder. J'aime un peu moins le bruit qui accompagne le spectacle mais je n'en ai pas peur, c'est juste une question de confort.

Mon fils, par contre, est térrorisé par ces énormes explosions comme il les appelle.

Je me souviens avoir voulu lui faire plaisir en l'emmenant voir un feu organisé à l'occasion du 14 juillet, l'an dernier.

Il avait 4 ans. La permission de veiller tard pour attendre le moment magique ou le ciel noir s'illumine et où les petits yeux brillent d'admiration.

On s'était faufilés à travers la foule, pour être placés comme en présidentielle, aux premières loges. Assis dans l'herbe en attendant l'heure. 

Et au premier boum, c'était le drame. Mon bonhomme s'est crispé de tout son corps d'habitude si téméraire et audacieux. Là sa petite personne avait bel et bien 4 ans, il avait peur, il était térrorisé par le bruit et ne voyait même plus les couleurs.

Il est parti en courant, je l'ai attrappé et on s'est sauvé de là, on a rejoins la voiture et réussi tant bien que mal à sortir de la zone bondée de monde. J'ai réussi à trouver un coin tranquille d'où on voyait ce qui se passait vraiment tout en haut. Et depuis, les feux d'artifice s'admire depuis la voiture. Il les adore. Mais de loin, et surtout, surtout, sans le son.

J'aurais pu essayer les bouchons peut-être, pour atténuer sa peur, mais je n'y ai pas pensé. 

Derrière ces airs de bonhomme, il est sacrément fragile parfois finalement... et je ne vous parle même pas du cirque lors des mariages où l'on claque des pétards...c'est juste une épreuve pour lui...

Du coup, cette année, pas de feu d'artifice... 

Et chez vous ?

Alice

Rendez-vous sur Hellocoton !

11/07/2013

Des vacances 2.0 ... qui sont vraiment des vacances

Je sais que nombreux sont ceux et celles qui se disent que les vraies vacances sont celles qui sont déconnectées.

Je suis assez d'accord avec ça.

Nos boulots et nos loisirs perso, surtout quand on a créé un blog, riment souvent avec connexion. Je ne vous refait pas la tirade des téléphone qui sont le prolongement de nos ordinateurs et de nos tablettes. 

Oui, mais moi, cette année, me reconnecter faisait partie des choses que j'avais envie de faire en vacances. Parce que depuis un an et le début de mon aventure d'entrepreneur, restauratrice en l'occurence, je me suis déconnectée par la force des choses et par le poids de mes inombrables heures de travail. Je me suis surprise à ne plus avoir la pêche pour écrire sur mon blog, à ne plus avoir la patience de lire ceux des autres que j'aime tant. J'ai laissé des tonnes de mails sans réponses et tellement d'idées sans suite.

Cet été, je prend le temps de retrouver cette petite planète que j'aime tant et je surfe comme une novice qui découvre tout ce qui a changé pendant qu'elle avait l'esprit ailleurs. 

IMG_1181.JPG

Je surfe avec plaisir, je lis avec intérêt, je découvre avec envie. 

Oh je n'y passe pas mes journées, juste mes petits moments à moi, à l'ombre de la terrasse devant mon café, au réveil de ma sieste la mine encore gonflée, dans l'ombre du soir encore tout chaud, juste avant d'aller me coucher.

Je vis au rythme de mes envies, au ralenti, je vis mes vacances avec un petit 2.0 ....

Et vous, les vacances seront-elles connectées ?... ou pas ? ;-)

Alice

Rendez-vous sur Hellocoton !

10/07/2013

Et si c'était ça, les vraies vacances ... #clubmed i love you

Je ne suis jamais partie en club. En all inclusive non plus.

Je découvre le temps d'une semaine le luxe de passer ses vacances au Club Med, avec mon mari et mes enfants.

Un vrai répit pour nous qui n'avons pas arrêté de travailler de l'année, une vraie chance pour moi qui me languis depuis un an de partenariat avec le Club Med et depuis cette soirée où nous avons, les autres bloggeuses et moi, eu tant de mal à réaliser que nous aurions la chance de "tester" le Club Med en famille. 

Et nous y sommes.

Hammamet. Son soleil. Son vent justement dosé. La plage. Les 4 piscines. (j'en découvre une tous les jours c'est dingue ;) Les G.O et leur bonne humeur communicative. 

Nous sommes bien ici. Nous ne faisons rien. Ou presque.

On replace la serviette sur le transat. On joue au crocodile dans la piscine. On se casse la tête à savoir comment faire rentrer dans l'assiette tous les mets qui font tant envie. On se traine jusqu'au bar pour se faire servir ce qu'on veut, à l'heure qu'on veut, autant de fois qu'on veut.

On se laisse vivre.

IMG_1169.JPG

En temps normal, je profiterais avec énergie des excursions proposées et qui ont l'air si sympa. En temps normal, je voudrais voir du pays, et je regarderais les larves au bord de l'eau me disant qu'ils perdent leur temps à ne rien faire.

Mais non. Mon année a été dure. Très dure. Et surtout beaucoup trop remplie, beaucoup trop chargée.

Alors cette année, me laisser vivre ici, pour moi, c'est ça les vraies vacances.

Et les vôtres elles seront comment ?

Alice

Rendez-vous sur Hellocoton !

08/07/2013

Première fois en avion pour mes enfants ... un grand moment ...

Depuis quelques semaines ils savent. J'ai donné les infos au compte goutte, pour que l'attente ne leur semble pas trop longue.

Tunisie.

Hammamet.

Avion.

Club Med.

Une piscine. 

Deux.

Trois.

Quatre piscines. (punaise 4 piscines quoi !!)

Et tout le reste.

La dernière info qu'ils ont eu, c'est que oui le départ était bel et bien ce dimanche. Quoi que pas vraiment. Avec une maman qui bossait jusqu'au samedi soir et un avion qui décollait à 6h30 le dimanche matin, on était bon pour un enregistrement des bagages à 4h20, donc un départ un bon 3 h plus tôt en voiture de Lille, donc vers 1h du matin...

Au coucher ce samedi soir, on a battu un record de vitesse d'endormissement. Une minute top chrono et c'était réglé... leur tenue de voyage prête au bout du lit, leur valise vide et que je devais préparer pendant la soirée, et les doudoux à emmener déjà dans leur pochette, bien au chaud.

Lever en douceur à minuit et demi, pipi, se changer. Hop dans la voiture !

Un début de trajet des plus inquiétant avec des "on est bientôt arrivé à Orly ?" toutes les 3 ou 4 secondes et même un "on est déjà à Hammamet ?" carrément décourageant ...

Finalement, les deux zigotos ont dormi gentiment, la route m'a semblé passer vite et l'arrivée idéale... Paris à 3h du mat c'est quand même plus cool côté bouchons... Le parking nous attendait, le P7.

IMG_1150.JPG

IMG_1152.JPG

Les petits étaient en ébullition sous l'abri bus, ils ont adoré la navette qui nous a emmené à l'aéroport en 7 minutes. Ils ont trouvé ça très rapide, contrairement à l'attente pour enregistrer les bagages, puis pour les 200 000 contrôles de passeport, puis pour monter dans l'avion, et enfin pour décoller.

Et c'est arrivé. Enfin...

IMG_1157.JPG

La sensation que l'avion est plus lâche, juste sur ses roues, la marche arrière, le parcours vers la piste. Et là. L'accélération. Les rires pleins d'excitation. Et le "ooohhhhhh" "je le sens maman, ça monte"

Ils l'ont senti, et ils l'ont vu. Juste devant le hublot, mon Jules n'a pas perdu une miette du spectacle qui s'éloignait sous le vide qui se creusait (c'est là que vous ressentez peut-être l'air de rien cette angoisse qui m'animait, moi... avec ce fameux vide en dessous... )

On a vu la tour eiffel, puis les maisons minuscules, puis les voitures encore un tout petit peu, puis le soleil qui se faisait plus brillant que jamais, puis les nuages qui formaient en dessous de notre oiseau métallique un tapis douillet.

Un bon petit déjeuner (merci Air France pour le service qui se distingue par sa qualité) et un petit dodo plus tard, nous entamions la descente vers Monastir, avec ses quelques petites sensations gentillettes qui ont mis de l'animation, et la mer, et la côte qui s'approchait, et les maisons qui nous montraient déjà qu'on était plus chez nous, et que nous allions découvrir un nouveau pays. Pour mon bonhomme de presque 5 ans, cette découverte est merveilleuse. Il est émerveillé de constater tout ce qui n'est pas comme d'habitude, il est inlassablement intéressé par tout ce qu'il apprend de son expérience...

La première fois en avion a été une belle petite aventure, et la semaine que nous entamons grâce au Club Med à Hammamet promet d'être tout aussi belle, et même plus... On vous racontera :-)

Déjà fait l'avion avec des petits enfants ? Ont-ils tous cette insouciance face au danger ?

Alice

Rendez-vous sur Hellocoton !

05/07/2013

Un jour, eux aussi attendront les résultats du BAC

Je sais que j'ai le temps. J'ai même largement le temps.

Alors que de nombreux parents attendent un texto, un appel, un cri de joie, un ouf de soulagement, ou une moins bonne nouvelle...je me dis qu'un jour, mes enfants seront devant ce panneau (enfin les panneaux auront probablement été complètement remplacés par des appli mobiles mais bon...) et moi devant mon téléphone, les mains humides et l'estomac serré.

Certains me diront qu'ils ne passeront peut-être pas le BAC. Oui mais ils passeront bien un examen un jour, quel qu'il soit...

Je me souviens de la réaction (un peu moyenne je dois l'avouer) de mes parents alors que je n'avais pas la super mention qu'il attendaient de moi, étant donné les résultats du contrôle continu. Je me souviens aussi du soutien sans faille que l'on a donné à mon frangin quand il était en première année de médecine, pour qu'il ne lâche pas. Je me souviens être allée voir ses résultats avant lui, avec cette angoisse de le voir déçu, avec cette certitude que je serais fière de lui, de toute manière.

Je me souviens de tout ce qu'on a fait pour nous, pour que nous puissions faire les études de notre choix, dans les meilleures conditions. Je me souviens que durant ces années là, l'implication de mes parents pour leurs 3 poulains quasiment du même âge a été total, qu'ils ne pouvaient pas faire plus.

Je me souviens du jour où j'ai réalisé, vraiment, que je ne serais pas arrivée là toute seule.

Je ne sais pas de quelle manière et avec quelle efficacité j'accompagnerai mes enfants dans leur parcours, dans leurs réussites et leurs échecs, dans leurs approximations et dans leurs envies.

 

Mais j'ai encore le temps pour ça...

Et vous qui avez attendu devant votre téléphone ce matin, ça donne quoi ces résultats ?

Alice

Rendez-vous sur Hellocoton !

30/06/2013

Profiter d'un joli dimanche est une chose rare ...

Il fait moche. Depuis un an je crois. Ou deux ans. Il fait trop moche.

Tellement moche qu'aujourd'hui dans le nord les 23 degrés venteux et à peine ensoleillé on fait sortir les orteils des chaussettes (ah ça...on devient moins difficiles ;-)

On a hésité à partir à la mer.

Ou pique-niquer au parc.

Ou aller voir papi.

Ou aller voir la petite cousine.

Et puis non. Pas le courage. On a profité de chaque minute de lumière, tous les 4, un trésor rare depuis des mois.

Partir à pieds, avec juste un ballon de foot, et marcher jusqu'au parc, se poser là au milieu de la pelouse. Ceuillir des petites fleurs, taper dans la balle, se faire des copains, croiser ceux de l'école, s'allonger dans l'herbe, faire un cache-cache, boire une limo sur la péniche de notre joli petit port du nord...

On a profité de notre joli dimanche... le prochain sera chaud et tunisien, vivement :-)

Vous avez fait quoi? il était joli votre dimanche, à vous ?

Alice

 

photo-409.JPG

photo-408.JPG

Rendez-vous sur Hellocoton !

24/06/2013

Les courbes de croissance sont-elles fiables ?

Je suis née un lundi. Je pesais 3kg700 et mesurais 50 cm.

Mon fils est né un dimanche. Il pesait 3kg700 et mesurait 50 cm.

Aujourd'hui je pèse... ce que je pèse ;-) ... et je mesure 1m70.

Mon fils ne fera pas 1m70. Parce que la croissance des filles ne suit pas la même courbe que celle des garçons. Et puis parce qu'accessoirement 1m70 pour un mec je trouve ça petit mais bon ...

J'ai regardé mon carnet de santé. Si il y a bien un domaine dans lequel je suis restée bien sage dans ma case, c'est la courbe de croissance. Je mesure exactement ce que j'étais censée mesurer compte tenu de mes premières mesures. 

Mon fils devrait mesurer 1m83 si il suit la courbe qu'il a pris sans faux pas depuis 5 ans.

Ma fille...

...devrait mesurer 1m83 aussi.

photo-407.JPG

C'est à dire qu'à 18 ans, si elle me flanque une baffe je tombe comme une mouche ;-/

On va changer les plans alors, c'est elle qu'on va mettre au basket, qui jouera en NBA et qui nous offrira une maison en Floride et un loft à New York, et c'est lui qui sera docteur pour les enfants ;-) (là je déconne hein, je n'ai pas de plan bien précis, si ce n'est pour ma pomme à moi;)

J'ai raconté à mon homme que notre fille allait être une tige. Il m'a dit qu'il ne croyait pas à ces trucs là. Et même quand je lui ai précisé qu'il s'agissait des courbes de croissance du carnet de santé et pas des prédictions de madame irma, il est resté tout aussi insensible à la nouvelle. Il ne croit pas que l'on puisse conclure que la courbe a raison, sauf coup de chance. 

Moi, je suis assez convaincue de la bonne probabilité que la courbe dise vrai. Pas vous ?

Alice

Rendez-vous sur Hellocoton !