04/03/2013

Maman a testé : récupérer les enfants le midi et zapper la cantine

Le lundi, on peux dire que je ne "travaille" pas. Je met des guillemets car en tant que dirigeante de mon petit buisness, c'est le jour consacré aux grosses courses, à la compta et la gestion, et à récupérer un peu de forces pour commencer une nouvelle série de 5 jours.

Mais je m'organise comme je veux.

Et avant ce boulot, j'étais carrément à la maison donc j'étais encore plus libre.

Et pourtant. J'ai testé pour la première fois aujourd'hui : récupérer les enfants le midi.

Sortie 11h30, retour 13h20. Bon déjà j'ai inversé les deux... je suis arrivée comme une dingo à 11h 25 en pensant être en retard et comme une fleur, à pied avec mes deux ptiots à la main en train de profiter du soleil, à 13h30.

C'est fou quand j'y pense... je n'ai jamais offert à mon fils, en un an et demi de scolarité, un déjeuner à la maison, ni à ma fille qui va à la cantine chaque jour sans faute depuis la rentrée, du haut de ses deux ans et demi.

Ils n'ont jamais manifesté de malêtre ou de mécontentement vis à vis de cette situation.

Jusqu'à il y a trois semaines quand une des atsem m'a dit que le comportement de mon bonhomme à la cantine commençait à déborder sévère des limites des cases...

Il m'a dit à ce moment là qu'il ne voulait pas toujours manger à la cantine.

Alors on a décidé tous les 3 que j'irais les chercher les lundis midis, quand ils le désirent, pour déjeuner tranquillement, tous les 3, à la maison. 

Chose faite donc. Et moi qui redoutait qu'ils soient énervés, énervants, pas motivés du tout à repartir... et bien moi qui tout ça, je m'étais trompée.

On a tous adoré ça. On a mangé comme des voraces, on a fait un méga calin dans le canapé, on a changé le manteau pour un plus léger parce que depuis ce matin, un magnifique soleil s'était levé, et on a fait le chemin à pied.

Plus question de bouder les lundis... c'était trop bien :-)

happy !!

et vous, vous les récupérez vos petits le midi ?

Alice

Rendez-vous sur Hellocoton !

28/02/2013

Chut, les enfants dorment ! Le sexe et la mère de famille ...

Le sexe quand on est une femme et que l'on vient d'accoucher n'est pas un sujet tabou. Nooonnnn.

C'est juste un sujet interdit.

photo-377.JPG

Juste après je veux dire. La saison des choux fleurs tout ça (je me sens poétique d'un coup...je vais devoir me retenir d'exprimer ma poésie ;-)

Après le délai "commun", celui pendant lequel on se dit que non, on envisage pas du tout du tout une quelconque activité sexuelle, mais que ce n'est pas grave parce que de toute façon le gentil docteur a dit d'éviter. Les fils aussi, et tout ce qui se passe de glamour à ce moment là, nous disent d'éviter ;) (retenez moi, retenez moi ;)

Passé ce délai, il y a autant de cas que de femmes, autant de cas que de couples. On est tous des cas, comme disait mon grand-père... et en matière de sexe, je crois qu'on est bien tous des cas, et encore plus quand la maternité est venue bousculée l'ordre établi en oubliant parfois (souvent ?) de ranger en sortant.

Quand on a réussi à reprendre une activité normale, à peu près normale, voire mieux que normale, on échappe difficilement aux pensées bizarres en pleine action, on plonge la tête dans l'oreiller pour ne pas faire trop de bruit, on ressere vachement plus souvent les vis du sommier...enfin on s'adapte quoi ;)

On utilise beaucoup plus son canapé aussi. Pensée à ceux qui ont acheté un berceau fixé au lit parental, ceux qui dorment dans la même chambre que leur descendance, ceux qui sont trop claqués pour se trainer jusqu'au lit ;)

Ca, c'est quand ils sont tout petits. 

Repensez  ce jour merveilleux où vous avez décidé d'enlever un côté du lit à barreaux, où vous lui avez acheté un magnifique lit de grand.

Ce jour chargé d'émotion. Tellement d'émotion que le cerveau est resté endormi et vous avez zappé que, bah oui, le monstre pourrait désormais se lever quand il voulait, pour aller où il voulait. Na.

Trop tard, les barreaux sont enlevés. Vous allez donc connaitre cette magnifique expérience, toujours en pleine action... d'imaginer votre petit innocent se pointer au moment le plus accrobatique, le moment où la couette a glissé, où le drap housse a sauté de ses coins, où on ne sait plus où est la tête...bon bref...au mauvais moment quoi ;)

Et un jour, même, cela deviendra réalité. Et vous verrez cette tête interrogative, d'à peine 4 ans et demi, qui attends que vous l'ayez remarqué, pour rire bêtement, et vous demander pourquoi si pourquoi ça, si papa il est méchant, si maman a encore faim...

Bien bien bien

Accrochez vous. Un jour ils y viendront aussi. Et il rigoleront de nouveau en repensant à tout ça...

En attendant, chut ;-) ou pas ;-)

Alice

Rendez-vous sur Hellocoton !

26/02/2013

Ca assure des cacahuètes en matière de centre de loisirs ... merci ma ville :-)

J'ai fait une bonne pioche. Je sais qu'on est pas tous logés à la même enseigne en tant que parent d'élève, en tant que parent tout court. Selon la ville dans laquelle on vit, on a plus ou moins de choses qui nous sont proposées pour nos enfants.

J'avoue qu'au moment où j'ai dit oui à l'agent immobilier, je ne me suis pas dit que j'allais emménager dans une ville free kids, ou pas d'ailleurs.

Il y avait des écoles, des parcs. Ca s'arrêtait là.

Et j'ai inscrit un de mes enfants à l'école. Puis deux. Je les ai inscrits à la crèche, et à la garderie, et aux mercredis récréatifs, et au centre de loisirs des petites et grandes vacances.

Tout ça c'est bien, parce que ça fait beaucoup de choses. Beaucoup de possibilités de m'aider dans ma vie et mon organisation de parent.

Beaucoup ok. Mais ce n'est pas la quantité qui compte n'est-ce pas ;-)

Et oui, la qualité c'est bien l'essentiel. Et c'est bien là que je trouve que j'ai de la chance, qu'ils ont de la chance.

Ils ont de la chance car ces jours-çi, alors qu'ils vont au centre de loisirs pendant que je bosse, ils font des trucs supers, avec des animateurs supers.

Enfance-Jeunesse_full_content.jpg

Ma fille est passée en mode groupie intensive avec Valenin (beau gosse le petit, beau gosse  ;)

Mon Jules n'en a que pour Camille, qu'il retrouve à chaque vacance. Elle est top, juste top, à tous les niveaux.

Je me conditionne peut-être un peu, parce que de toute façon on a pas le choix de les confier là... mais non, je crois que vraiment, ma ville assure des cacahuètes et permet aux enfants de faire des trucs supers, pendant que leurs parents ne prennent pas de congés... Merci ma ville :-)

Alice

Rendez-vous sur Hellocoton !

24/02/2013

Faire passer un dimanche neigeux avec les enfants : mission presque accomplie

Un dimanche qui commence bof, c'est un lendemain de samedi où on se dit qu'on se couchera tôt, mais où finalement on se couche trop tard. C'est un dimanche qui démarre par un gros coup de stress en ouvrant les yeux, en voyant une grosse tête en pleine forme, fière de dire que "ça y est, j'ai fait un gros gros dodo"

C'est un dimanche qui commence avant 7 heures alors que toute la semaine, on a lutté pour les lever à 8, voire 8, 30.

C'est un dimanche tout blanc de neige, tout froid, un dimanche où il ne fera pas bon sortir le nez dehors.

Un dimanche tout entier, à passer, à les occuper, à les amuser.

Ce dimanche était un dimanche comme ça. Qui commence bof.

Un dimanche comme ça, il faut l'amadouer, inverser la tendance, le rendre chouette et sympa, le savourer si on le passe en famille.

photo-376.JPG

Un petit tour à la ferme ce matin, entre deux flocons. Un déjeuner avec une marraine et un super tonton, une bonne sieste, un goûter réconfortant plein de crèpes maison, un diner léger et joyeux, cheveux lavés et peignés, pyjamas changés. Et un coucher qui s'annonce facile, pour attaquer un lundi qui commencera forcément bien, après un doux dimanche comme ça !

Et vous, vous les domptez les dimanches qui s'annoncent bof ? 

Alice

Rendez-vous sur Hellocoton !

21/02/2013

Jusqu'à quel âge la poussette ?

En essayant d'atteindre le bout de mon garage, après avoir escaladé tout mon joyeux bordel (ceux qui me connaissent n'y croient pas ? mais sisi, ma maison est rangée...mais le garage... glop ;-/

Donc c'est en essayant tant bien que mal d'atteindre le mont de bordel du fond dans lequel je supposais que se trouvait, peut-être, quelque chose, que je l'ai vu.

La poussette.

La dernière qui me restait.

Celle que je n'avais pas encore donné ou vendu, au cas où.

Et si je compte bien, je ne m'en suis pas servi depuis l'été dernier...

IMG_4726.JPG

L'été dernier, mon fils avait 4 ans et ma fille un peu plus de 2 ans. Est-ce que ça veut dire qu'à 2 ans on a plus besoin de poussette ? Je ne crois pas. Je pense qu'on peut en avoir, au contraire, bien besoin. Pour aller à l'école, pour assurer un coup de barre en ballade.

Mais bon, chez nous, plus besoin.

Chouette, ça fait un truc de moins dans le garage. Youhou :-)

Alice

Rendez-vous sur Hellocoton !

18/02/2013

Décloisonner les jeux d'enfants

J'enfonce une porte ouverte en disant que je trouve ça naze de réserver les jouets "de fille" aux filles et les jouets "de garçon" aux garçons.

Certes, mes enfants ont d'eux-même triés leurs jouets et la voiture rose de la miss se retrouve sans cesse dans la chambre du boy et le bébé offert à mon Jules quand il était tout petit pour qu'il imite sa mère est dans le berceau de Zo, avec toutes les coroles qui sentent le bonheur.

Mais. Je persiste. J'essaye de décloisonner tout ça. Et j'ai regardé d'ailleurs avec plaisir mon fils jouer à la femme de ménage. Et il a particulièrement aimé l'aspirateur... comme son papa :-) (que je regarde avec plaisir aussi quand il nettoie, qu'il est beau avec sa chiffonnette ;-)

photo-375.JPG

Je suis ravie de voir que chaque chose n'a pas forcément sa place, et que le ménage n'est pas qu'une affaire de fille chez nous. 

Et na .

Alice

Rendez-vous sur Hellocoton !

Réveiller un enfant pour éviter le pipi au lit ?

Je n'ose pas trop farfouiner chez les pédo psy pour répondre à cette interrogation... ai-je fait une connerie en réveillant mon fils pour qu'il fasse pipi dans un pot à 23 heures pour éviter qu'il ne le fasse dans son pieu une heure plus tard ?

Je ne reviens pas sur notre magnifique expérience de l'apprentissage de la propreté avec mon grand (sur ce point là aussi...la petite nous a rassuré sur notre capacité à ne pas être que des parents nuls en fait ;-/

journee-bruxelles-manneken-pis-gros-big.jpg

Je ne reviens pas sur toutes les difficultés mais je rappelle qu'il a enlevé les couches la nuit bien après sa soeur, vers 4 ans et 3 mois (contre 2 ans à peine pour minizo). Pas grave, on ne peux pas être bon partout. On l'a laissé enlevé cette dernière couche à son rythme, et avec la pleine conscience qu'il serait succeptible de tremper son protège-matelas plus d'une fois.

Ca n'a pas loupé et quelques fois, nous avons eu le loisir de lancer une machine en pleine nuit, de déplier le fauteuil convertible (merci marraine;) et de sortir le sac de couchage dragon, vers les 2-3 heures du matin, quand le sommeil est le plus profond et que la nuit est bien, bien cassé (non pas de rancoeur non juste un constat ;-)

Mais là, depuis quelques nuits, on y avait droit systématiquement. 1 fois, 2 fois, 3 fois, 4 fois... ok on a compris, il y a soucis. Probablement temporaire mais à régler néanmoins. En attendant de trouver la cause du problème, on multiplie les passages aux toilettes en fin de journée, on ne donne plus jamais d'eau (mais non je déconneeee)

Hier, j'ai tenté un truc que j'avais lu quelque part une fois....enfin pas chez Rufo certes ;-/

J'ai réveillé mon loustic vers 23 heures, et je lui ai proposé de faire pipi. Il a sauté du lit, s'est assis sur le pot et m'a fait un truc géant tout en dormant à moitié. Même pas de mauvaise humeur, il m'a dit la bouche pateuse "ça tombe bien maman, j'avais envie en fait. Je t'aime hein maman"

Rhohoho

Cette nuit, on a dormi sans démarrer la machine à laver, et il était tout fièr ce matin de se réveiller tout sec :-)

Je peux penser que c'est une bonne méthode même si ça fait un peu garde à vous comme à l'armée ?

Alice

Rendez-vous sur Hellocoton !

14/02/2013

Finalement la Saint Valentin ...

photo-372.JPG

La Saint Valentin... Je sais que certains vont quitter cette page aussi vite qu'ils y sont venus en se disant que mince ça saoule d'entendre parler de la Saint Valentin.

Je disais pareil au réveil ce matin.

Ras le bol de cette histoire là. 

Mais.

Mais.

Toute la journée j'ai vu passer des choses toutes mignonnes qui ont fini par m'atendrir ...

... un petit garçon qui a demandé à sa maman de déposer une lettre d'amour à son amoureuse pendant que celle-ci était à l'école, pour qu'elle la trouve en rentrant...

... des gars qui ont défilé toute la journée chez la fleuriste d'à côté, ressortant fière comme des camions avec leur bouquet...

... mon fils qui m'a demandé si papa m'avait fait un gros bisou pour ma fête de Valentin ...

... mon mari chéri qui avait caché des petits gâteaux dans le frigo... que j'ai trouvé très joli, puis très bons... et que j'ai eu bien du mal à partager ;-)

 

Alors finalement...

Happy valentine's day 

Alice

Rendez-vous sur Hellocoton !

11/02/2013

Et si nous aussi on faisait grève demain ?

Ce que je me suis dit ce matin. Je n'ai même pas cherché à juger des raisons qui font que la maîtresse de ma fille fera grève demain. Je ne lui ai même pas dit que grâce à cette décision, ma fille allait passer une journée accrochée aux baskets de sa mère occupée à travailler sans pouvoir s'occuper d'elle.

J'imagine que l'avenir de nos enfants à l'école doit être un vrai cauchemar annoncé pour qu'on leur offre une demi vingtaine de journée par an sans école à être placé là où on peux, là où ils ne gêneront pas trop...

On ne peux pas trouver un système de grève en France qui gêne les personnes visées, celles qui prennent des décisions, qui peuvent agir sur l'avenir, sur la politique du pays, plutôt que les usagers des services publics, qui eux, ne peuvent rien faire ?

Et si, nous aussi, on faisait grève demain ?

Ne ralez pas, je ne suis pas en train de dire qu'ils ont tord dans leur revendications... je parle de la forme moi...pas du fond.

Alice

Rendez-vous sur Hellocoton !

10/02/2013

Il y a grossesse et grossesse

J'avoue qu'avant d'être enceinte moi-meme, je ne me rendais pas compte que toutes les grossesses ne se ressemblaient pas, et surtout qu'elles n'étaient pas toutes géniales (ou horribles...au choix;)

Maintenant je suis plus avertie, et plus sensible, aux histoires de grossesse. Et j'aime pas trop qu'on me raconte des grossesses difficiles. C'est tellement dur déjà parfois de supporter les nausées, les kilos, les angoisses de l'inconnu ... mais une grossesse difficile, à risque, pathologique... gloups

Alors voilà. Il y a grossesse et grossesse.

Et là tout de suite, je me dis que j'ai eu bien du bol d'échapper à des vraies complications de grossesse, qu'il y a autant de façon de devenir maman que de façon de vivre ces quelques mois. Et comment se préparer quand on vit dans la douleur, dans la crainte, dans le chagrin ?

On peux voter pour des maternités sans couloirs réservé aux grossesses pathos (et sans néonat aussi ?) ?

Courage à ces mères là ...

Alice

Rendez-vous sur Hellocoton !